Scoutisme fondamental

LE SCOUTISME

Définition du scoutisme par l’Organisation Mondiale du Mouvement Scout (OMMS):

Le Mouvement scout est un mouvement éducatif pour les jeunes, fondé sur le volontariat; c’est un mouvement à caractère non politique, ouvert à tous sans distinction de genre, d’origine, de race ni de croyance, conformément aux but, principes et méthode tels qu’ils ont été conçus par le Fondateur.

Le But du Scoutisme:

Former un citoyen actif, utile, heureux, artisan de paix.

« L’esprit scout, au cœur de nos préoccupations »

Le but poursuivi par le scoutisme est simple et enrichissant: tout en s’amusant, l’enfant / le jeune est partie prenante de son éducation. Le scoutisme n’est pas une activité traditionnelle destinée à occuper les week-ends, mais son essence réside dans la manière et le pourquoi de l’action. Il existe une série de valeurs et de références qui soutiennent et balisent nos actions:

L’apprentissage de l’autonomie, de la solidarité, du sens des responsabilités et de l’engagement au sein de son unité, de son équipe, c’est vivre selon la méthode scoute.

Être attentif à tous les milieux, à son environnement, à celui que l’on connaît et celui qui nous est étranger, c’est pratiquer l’ouverture. Un scoutisme actif, en initiative et en partenariat avec d’autres associations, c’est s’engager dans nos communautés. L’appartenance à l’Église, dans le respect du cheminement de chacun, c’est rechercher une dimension spirituelle. Le but du scoutisme est donc de contribuer au développement des jeunes dans la société pour en faire des adultes agissants et responsables.

Le Mouvement scout a pour but de contribuer au développement des jeunes en les aidant à réaliser pleinement leurs possibilités physiques, intellectuelles, affectives, sociales et spirituelles, en tant que personnes, que citoyens responsables et que membres des communautés locales, nationales et internationales.

Trois Principes: Le mouvement scout est fondé sur les principes suivants:

Devoir envers autrui – La loyauté envers son pays dans la perspective de la promotion de la paix, de la compréhension et de la coopération sur le plan local, national et international. – La participation au développement de la société dans le respect de la dignité de l’humanité et de l’intégrité de la nature.

Devoir envers Dieu – L’adhésion à des principes spirituels, la fidélité à la religion qui les exprime et l’acceptation des devoirs qui en découlent.

Devoir envers soi-même La responsabilité de son propre développement.

Une méthode:

La méthode scoute est un système d’auto-éducation progressive fondé sur :

  • Une promesse et une loi.
  • Une éducation par l’action.
  • Une vie en équipe comprenant, avec l’aide d’adultes qui les conseillent, la découverte et l’acceptation progressives par les jeunes des responsabilités et la formation à l’autogestion tendant au développement du caractère, à l’accès à la compétence, à la confiance en soi, au sens du service et à l’aptitude aussi bien à coopérer qu’à diriger.
  • Des programmes progressifs et attrayants d’activités variées fondées sur les centres d’intérêt des participants et comportant des jeux, des techniques utiles et la prise en charge de services à la communauté ; ces activités se déroulent principalement en plein air, en contact avec la nature.

 Le Scoutisme, c’est …

Une éducation à la vie, complémentaire de l’école et de la famille transmise par :

  • un mouvement international de jeunes, avec plus de 36 millions de filles et garçons vivant dans plus de 216 pays et territoires.
  • un mouvement ouvert à tous, sans distinction d’origine ou de croyance.
  • un mouvement de jeunes qui a pour but leur développement physique, intellectuel, social et spirituel.
  • un mouvement de bénévoles, non politique et non gouvernemental.

Une méthode qui valorise :

  • l’engagement personnel envers un idéal de vie exprimé par la promesse et la loi scoutes.
  • l’éducation par l’action.
  • la vie au sein d’un petit groupe dans lequel chacun s’entraide.
  • la connaissance, la créativité et la réflexion grâce à des activités adaptées à l’âge des jeunes et à leurs besoins.

Un idéal de vie qui prend en compte :

  • une dimension spirituelle : l’engagement à rechercher le sens spirituel de la vie, au-delà des réalités matérielles.
  • une dimension sociale : la participation au développement de la société.
  • une dimension personnelle : le développement de l’autonomie et de la responsabilité.

Un engagement social qui repose sur :

  • la volonté de résoudre des problèmes qui se posent à la communauté dans laquelle vivent les jeunes.
  • Les domaines d’intervention des scouts et guides sont nombreux et variés : la santé des enfants, l’alphabétisation, l’éducation à la paix, la protection de l’environnement, le soutien aux plus démunis…

Ce que le Scoutisme n’est pas,

« Voici quelques-unes des choses que le Scoutisme n’est pas : Ce n’est pas une œuvre de bienfaisance dirigée par les gens du monde pour le bien des enfants pauvres. Ce n’est pas une école ayant un plan d’études et des programmes d’examen définis. Ce n’est pas une troupe d’officiers et de soldats destinée à donner de la virilité aux garçons et aux filles à coups d’exercices militaires. Ce n’est pas une agence de petits messagers pour la commodité du public. Ce n’est pas une exposition où des résultats superficiels sont obtenus grâce à une distribution d’insignes de mérite, de médailles, etc. Tout cela est extérieur, tandis que l’éducation scoute vient tout entière du dedans.  »

Baden-Powell dans le Guide du chef éclaireur
0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *