Je me souviendrai de Madagascar

noémie

Noémie, Besançon centre

Les gens s’étonnent parfois que je ne relate pas sans cesse la beauté des paysages malgaches. Certes ils sont magnifiques et vous laissent bouche bée lors de leur découverte, cependant les souvenirs que je garderai à vie dans ma mémoire sont tout autres.

Je me souviendrai du rire et de l’exaltation des enfants face aux bulles de savons qui s’envolent dans les airs. Ces enfants qui m’auront surpris par leur autonomie et leur joie de vivre. Une joie de vivre avec si peu de biens matériel mais tellement de tendresses et d’affection. L’enfance et son insouciance sont universelles, ce sont elles qui m’ont permis chaque jour de faire ressortir l’innocence que j’ai en moi.

Je me souviendrai du triste visage des femmes sur les marchés au moment du soleil couchant n’ayant pas vendu tous leurs produits mais que l’on retrouve au matin avec toujours autant de courage et de force pour faire vivre leur famille.

Je me souviendrai de cette école de la vie que la plupart des pays connaisse, et que mes nouveaux camarades m’ont fait découvrir. Un scoutisme parmi tant d’autres, le scoutisme de ce village, avec leur traditionnelle cérémonie de présentation, leur foi respectueuse, leurs chansons enjouées autour des feux de camp de ces quelques veillées que l’on a partagées.

DSC_0078

Je me souviendrai aussi des amis que je me suis fait, qui m’ont permis de vivre la jeunesse d’ailleurs qui ressemble de près à la jeunesse d’ici où tout le monde rentre dans la course à la technologie uniquement pour se démarquer. Mes amis, que je ne reverrai sans doute jamais, m’ont ému par leur mots simples lors de nos conversations sincères où les échanges d’idées étaient bien plus qu’enrichissant, ces échanges parfois drôles, hilarants ou tout au contraire sérieux et solennels mais toujours aussi riches en émotions.
Ces amis, qui n’étaient pas que scouts, qui ont parfois été de brèves rencontres d’autochtones ou de longs partages de vie quotidienne avec des Français installés ici depuis longtemps, qui pouvaient répondre à toutes mes questions d’occidentale et qui me rappelaient d’où j’étais venue.

 

Je me souviendrai de mes amis, ces autres amis, ceux avec lesquels j’ai grandi, avec lesquels je suis venue, ceux grâce à qui j’ai pu venir, ce sont avec eux que j’ai tout partagé. Une belle équipe, un grand merci, un vrai bonheur.

De telle façon, je peux répondre à la fameuse question qui veut que je raconte mon épopée :
« alors c’était comment ? » c’était comme ça, c’est avec beaucoup de souvenirs. Néanmoins les souvenirs des yeux sont bien moindres face aux souvenirs du cœur.

 

Noémie Larbi,
des Compa Tissants du bonheur

DSC_0387

Posté dans La vie des équipes | Tagué , , | Commentaires fermés sur Je me souviendrai de Madagascar

Les brocolis sont nos amis

6h30. Dans le hall de la gare Viotte SNCF, trois jeunes gens habillés de verts et de foulards orange et gris, 36000 sacs sur le dos. Il y a l’air d’avoir plus de choses à l’extérieur suspendu sur le sac qu’à l’intérieur.

C’est parti pour… Non, nos n’allons pas donner la destination maintenant, nous vous laissons le plaisir de découvrir grâce à quelques petits indices. Là-bas, on ne dit pas « tarpaing », ni « taquet », ni « cher » mais on dit « gavé », on mange du magret de canard avec des petites patates, à côté de la mer, des fameux tonneaux. A la mer, on peut même voir des surfeurs, même Brice de Nice y a surfé c’est pour dire. Et là-bas on trouve du gâteau basque, du KAS (ça commence en Franche-Comté) et du paté Lou de Gasconne.

Bref, direction Moulis-en Médoc à la base SGDF de la Mouline (petite dédicace à Hugues et JC), à 30 kms de Bordeaux et 40 de Lacanau, base connue de certains pour les multiples stages BAFA. Mais depuis le début de l’été, la base avait ouvert un chantier pour rénover un moulin à eau. Ce chantier était destiné pour nous, préparation quotidienne avant le camp 30 pompes, haltères et tout le tralala. Ou pas. Il n’empêche qu’après dix jours plus ou moins intensifs de maçonnerie, porté de perches, peintures, grattage de terre, moultes et moultes pelletés, nous pouvons voir apparaître sur nos bras des muscles naissants sans compter nos cuisses grâce aux aller-retours en vélo à l’Intermarché. Pas qu’on avait pas de frigo (ah oui parce que là-bas c’est le luxe : douches, toilettes et intendance en dur), mais des compas ça mange. Gras ? Non, détrompez-vous. Purée de brocolis et légumes sont devenus nos meilleurs amis.

PS : Bientôt promis vous aurez des photos de nos œuvres. Elles parleront d’elles-même.

Les verts de terre de Besançon-Bregille.
Benjamin, Louise et Sophie.

camp scout 3

Posté dans La vie des équipes | Commentaires fermés sur Les brocolis sont nos amis

Retour de l’Agora Compa

Vous nous avez élues, Pauline et moi, pour participer à l’Agora. L’agora, c’est un rassemblement annuel de délégations compagnons de tous les territoires de France, autour d’une thématique, cette année « Toi, jeune et citoyen européen » , pour rencontrer, débattre, choisir et s’engager.

agora

Voici la lettre récapitulative des différents débats qui ont eu lieu. Elle est un peu longue mais nous vous incitons à la lire en entier !

« Nous avons pu nous interroger sur cette dimension européenne dans laquelle nous évoluons tous. Il nous a d’abord semblé important de proposer notre propre définition de la citoyenneté européenne. Pour nous, Compagnons, la citoyenneté européenne c’est tout d’abord une identité supranationale qui nous offre une multitude de pistes de développement personnel et collectif. Elle contribue à créer une communauté dans laquelle chacun peut s’engager et évoluer dans une diversité culturelle. C’est aussi un ensemble de droits et de devoirs donnés à chaque membre de cet ensemble cosmopolite et permettant de s’engager pour la construction d’un idéal bâti autour de valeurs partagées.

Enfin l’Europe, grâce notamment à l’espace Schengen, est un espace d’échanges et de rencontres.
Nous nous sommes ensuite demandé quelle Europe et quels citoyens européens nous rêvions d’être pour 2025. Nous, jeunes et citoyens européens, souhaitons voir apparaître dans l’avenir une Europe unie et solidaire, fière de son histoire; et qui développe un partage de cultures convenant à tous, sans que celle-ci nous fasse oublier nos identités et nos racines. Nous voulons prendre un rôle actif dans la construction de cette Europe de demain, et apporter notre pierre à cet édifice d’avenir.

Il est cependant important de poser un regard critique sur la construction européenne en partant de ce qu’elle est aujourd’hui et des problèmes qu’on y rencontre, de manière à prendre conscience des enjeux à soulever. C’est à nous de nous approprier ce projet d’avenir et de le modeler, le construire, et le concevoir à l’image de nos espoirs et de nos idéaux, sans non plus perdre de vue les problématiques européennes, comme celles qui touchent aux peuples sans terre. Il existe en effet des populations nomades, telles que les Roms, pour qui la seule terre d’appartenance est l’Europe. Ils ne s’inscrivent pas comme nous dans une souveraineté nationale. Il est de notre devoir de les intégrer dans la construction européenne et de leur permettre de jouir des mêmes avantages que ceux donnés aux citoyens européens qui ont une nation.

Baden Powell a écrit : « À 18 ans, tu as le droit de t’appeler citoyen. Il dépend de toi d’être digne de ce droit, de te préparer à l’exercer et à en user. Il te donne l’occasion de servir la communauté, ce qui, comme je l’ai déjà dit, constitue un grand pas vers le bonheur. » Ainsi, nous avons réfléchi à la manière dont nous aimerions voir évoluer l’engagement des Compagnons dans le mouvement, dans la société et dans l’Europe. Au sein de notre mouvement, nous devons saisir les opportunités qui nous sont offertes, faire porter la voix des jeunes adultes en prenant position, en débâtant et en nous engageant dans nos groupes et nos territoires. Pour chaque Compagnon,
l’expériment long représente l’opportunité idéale de participer à des actions de développement. Les lieux choisis pour la réalisation de ces projets sont souvent des destinations exotiques ou lointaines. Pourtant, de nombreux pays en Europe ont besoin d’aide et de soutien. Il faudrait donc oser s’investir dans un développement à l’échelle européenne. Pour ce faire, changer les idées reçues existantes lors de la conception de ces projets à l’étranger par les Compagnons est primordial. Un expériment long ne sera pas moins extraordinaire s’il s’inscrit dans l’Europe, que s’il est réalisé à l’autre bout du monde. La promotion des projets Compagnons en Europe peut être une manière simple et gratifiante d’œuvrer pour cet idéal de solidarité européenne. Il est nécessaire que les Scouts et Guides de France valorisent et encouragent les projets des Compagnons en Europe. On y pense aussi assez peu, mais proposer des jumelages est un moyen de partager nos cultures, et de permettre à des groupes étrangers de découvrir notre pays. Nous encourageons les jumelages, notamment pour les premiers temps, avec les groupes d’autres pays européens pour apporter de la richesse et d’autres points de vue. D’autant plus que la proximité de beaucoup de pays européens permet des coûts de transport abordables.

Il nous a fallu nous pencher sur les manières concrètes dont pouvaient user les Compagnons pour s’engager et tirer vers cet idéal voulu pour l’avenir. En multipliant les échanges et les partenariats entre Rovers et Compagnons européens, nous pouvons mener des projets afin de rendre visibles nos mouvements, nos actions, et notre investissement dans le processus européen.

Ensuite, dans la continuité des jumelages entre les différents pays européens, l’expériment long pourrait être organisé entièrement par les deux groupes en partenariat. Cela représente certes une difficulté de plus en terme de communication, mais cela a déjà été fait, et représente sans doute une riche expérience humaine.Une sorte d’annuaire des contacts, associations, et astuces existantes pourrait être créé.

Voilà les réflexions que cette Agora 2014 nous ont permis de mener. La prochaine Agora réunira de nouveaux représentants sur le thème « La rencontre interculturelle: Aujourd’hui et demain, en Europe et ailleurs. »

Château du Breuil, le 2 Février. »

Mais l’Agora c’est aussi : un WE dingue, pleins de rencontres, une ambiance de folie, et des souvenirs géniaux!

Alors l’année prochaine, présente-toi! (Sinon on veut bien y retourner ^^)

Chloé et Pauline

1010618_10202616943042843_1803889035_n

Posté dans Flux Site du National, Territoire | Commentaires fermés sur Retour de l’Agora Compa

Décorer la Maison des Parents, c’est quelque chose de marrant !

L’équipe Maîche – Ornans est allée décorer la maison des parents à l’hôpital St Jaques à Besançon le vendredi 13 décembre 2013 à 19 h.

On est entré en contact avec eux grâce à l’association « Semons l’espoir« .
L’équipe Ornans – Maîche, c’est Edouard Lestin , Grégoire Arnal, Ariane Pons, Aurélien Pillot, Marie-Sarah Coeurdevey et Carine Maillot.
P1140211 P1140208
Posté dans La vie des équipes | Tagué , , , , , | Commentaires fermés sur Décorer la Maison des Parents, c’est quelque chose de marrant !

Avec la banque alimentaire

Avec le froid de l’hiver, la Banque Alimentaire a davantage besoin de bénévoles. Nous on y est allé, pourquoi pas vous ?

 

banque alimentaire

Posté dans La vie des équipes | Commentaires fermés sur Avec la banque alimentaire