Toute l’équipe de la Glacière vous souhaite la bienvenue sur le blog du service des archives!

DSC_1674

 

Avec Marie-Hélène Verschelde, Responsable National du Réseau des anciens (Impeesa), ici à l’extrême gauche, venue rendre visite à l’équipe des archivistes bénévoles au Centre National. Il existe bien sûr d’autres équipes en région!

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté dans actualité/agenda | 0 commentaire

Offre stage 6 mois : Archiviste « image et audiovisuel » ou archiviste iconographe

  • Poste : Archiviste « image et audiovisuel » ou archiviste iconographe.
  • Employeur : Association Scouts et Guides de France, Centre national, Service des Archives et de la Documentation – Paris (75013).
  • Offre : stage de 6 mois.
  • Date de début du stage : au plus vite

Avec ses 96 ans d’existence, l’Association des Scouts et Guides de France a accumulé un nombre considérable de photographies, de films et de documents sonores et audiovisuels. Ces collections ont été partiellement classées et quelques fonds ont été numérisés. Ainsi, dans le cadre d’une étude préalable à la mise en œuvre d’un projet de numérisation plus globale de ses fonds, l’Association Scouts et Guides de France, mouvement d’éducation populaire reconnu d’utilité publique (130 salariés sur 12 établissements, 77461 adhérents adultes & enfants), recherche un stagiaire archiviste « image et audiovisuel » ou archiviste iconographe pour une durée de 6 mois.

POSTE & MISSIONS : Placé.e sous la tutelle de la responsable des Archives et de la Documentation, l’étudiant.e sera en charge de :

  • Réaliser un récolement des collections de photographies (diapositives et tirages) dans un premier temps puis des documents audiovisuels.
  • Identifier et classer les fonds non inventoriés comme les documents sonores.
  • Mettre à jour et améliorer le plan de classement et l’inventaire existant.
  • Participer aux choix des documents qui seront numérisés afin d’être valorisés.
  • Produire un catalogue et un instrument de recherche.
  • Participer à la rédaction du cahier des charges.

Objectifs pédagogiques :

  • Possibilité de travail en mode projet et de le piloter.
  • Rédaction des livrables (étude de l’existant, rapport d’audit avec préconisations…), et mise en œuvre des solutions (exemples : plans de classement, tableau de gestion, guide d’archivage et d’indexation, instrument de recherche au regard des outils disponibles en interne, le cahier des charges de la numérisation des fonds).

Conditions d’exercice :

  • Stage à temps plein.
  • Rémunération/Gratification : sur la base de de 3,60€/heure ; remboursement à 55% des frais de transports.
  • Lieu de stage : Centre National des Scouts et Guides de France, Service des archives et de la documentation, 65 rue de la Glacière, 75013 Paris.

PROFIL : Profil souhaité : Idéalement, stage de fin d’études de formation supérieure en gestion des archives.

  • Étudiant.e en Master 2 Archives, ou Master 2 Documentaliste/Archiviste audiovisuel.
  • Maîtrise de la conduite de projet.
  • Maîtrise des outils bureautiques (Pack Office).
  • Autonomie et sens de l’organisation sont indispensables.

CONTACT & CANDIDATURES : Auprès de Corinne Desmettre, responsable du Service des Archives et de la Documentation :

  • Courriel : cdesmettre@sgdf.fr / archives@sgdf.fr
  • Tél. : +33 (0)1 44 52 37 51.
  • Centre national des Scouts et Guides de France, Bureau n°10, 65 rue de la Glacière, 75013 Paris.
Posté dans actualité/agenda | 0 commentaire

Bon Thinking Day!

http://www.patchworkdesigns.net/PDStore/images/itemimages/THINK-17.jpg lord-and-lady-baden-powell-seen-here-at-a-private-showing-of-the-royal-b51ftn

Belle pensée positive en ce jour anniversaire de notre couple de fondateurs.

Retrouvez un peu de leur histoire sur : https://blogs.sgdf.fr/servicearchives/files/2017/02/2_la_vie_d-olave_et_robert_bp_vf.pdf

Fraternellement,

Votre archiviste

 

Enregistrer

Enregistrer

Posté dans actualité/agenda | 0 commentaire

Daniel PETIT, doyen des Scouts et Guides de France nous a quitté le 31 décembre 2016

Daniel_PETITMonsieur Daniel Petit, né en 1922, Résistant au sein de la Haute Patrouille de Nancy du Groupe clandestin Mafeking, fondateur du centre de documentation et de mémoire du scoutisme à Thorey-Lyautey, membre d’honneur des Scouts et Guides de France, organisateur et gestionnaire (de 1989 à 2015) avec quelques autres anciens scouts Lorrains du Centre de ressources documentaires Roland Pierre à Bainville-sur-Madon (Base territoriale SGDF), nous a quitté à l’âge de 96 ans.

Un très bel hommage lui a été rendu par le mouvement scout et guide où est retracé son parcours d’une vie exemplaire est bien remplie : https://www.latoilescoute.net/au-revoir-mr-daniel-petit

La presse régionale lui avait consacré un article élogieux en 2013 : http://www.estrepublicain.fr/meurthe-et-moselle/2013/01/05/scout-toujours

Daniel Petit, son parcours scout en 6 dates :
1930 : devient louveteau.
1934 : passe scout.
Début des années 40 : il devient chef de troupe de quartier, à Nancy. Ce n’était pas facile, se souvient-il, « car le scoutisme était interdit, la liberté n’existait plus, nous n’avions rien ».
1989 : il redevient un scout actif en œuvrant pour le musée du scoutisme, puis pour le centre de documentation de Bainville et ceci jusqu’en 2016.
2013 : il a 90 ans, est devient le doyen des scouts français et accepte de devenir membre d’honneur des Scouts et Guides de France.

Source réactualisée : http://espacedememoire.fr/Scouts_1944.html

Brassard FFI de Daniel

 

 

 

Enregistrer

Posté dans actualité/agenda | 0 commentaire

80ème anniversaire de la Croix Charles Péguy à Villeroy, le 11 novembre dernier. Revue de presse

 Villeroy_80 ans de la croix de Charles Péguy_le Parisien-11nov2016

 

Charles_Péguy_stèle_11112016

Calvaire_Ch_Péguy_Villeroy_L'Ile-de-France_p8_n°11_1936

 (Art paru dans L’Ile-de-France, p8, n°11,1936)
AUTRE ARTICLE RECENT ET AUTRES PHOTOS SUR :

Un dossier va être déposé en janvier pour inscrire des lieux de mémoire sur la Grande Guerre (96 en France, 45 en Belgique) au patrimoine mondial de l’Unesco. Pour la Seine-et-Marne, c’est la grande tombe de Villeroy qui a été sélectionnée à précisé Natalie Mailliard, trésorière de l’association Musée 14-18 de Villeroy.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté dans actualité/agenda | 0 commentaire

Hommage à Elisabeth Bourel (1931-2016)

Hommage à Elisabeth  Bourel  – prononcé lors de la messe de ses funérailles le 4 octobre 2016/ par Françoise Parmentier, Ancienne Commissaire Nationale des Guides de France

E_Bourel_5C’est avec humilité et modestie que j’ose prendre la parole au nom des Guides de France, aujourd’hui des Scouts et Guides de France, pour évoquer  la grande dame que fut Elisabeth. C’est  sans doute parce que je suis une de ses plus anciennes collègues chez les Guides de France qu’il m’est ainsi confié l’honneur de cet hommage…

J’avais 25 ans   lorsque j’ai connu Elisabeth. Depuis lors, elle m’a embarquée  comme beaucoup d’autres dans bien de ses combats.

Oui, nous pouvons parler de combats : pour la justice, la Paix, la condition des femmes,  pour le développement des personnes et des pays, cela, toujours par l’éducation…

Comme elle le disait elle-même lors de sa remise de décoration de la légion d’honneur, le 3 octobre 2008,  ce sont justice et paix,  durant  ses soixante années d’engagements tant professionnels que bénévoles, qui ont donné sens à sa réflexion et l’ont élargie à l’universel. Il n’y a pas de paix sans faire la justice disait-elle. Les droits de l’homme sont d’abord les droits de l’autre. De l’autre différent. C’est dans cet esprit qu’elle a choisi par exemple de soutenir la Palestine ayant conscience de l’injustice dont elle était victime…

Dès ses plus jeunes années, elle est active et responsable à l’équipe nationale de la branche aînée des Guides de France  où elle a contribué sous la houlette d’ Odile  Bonte à l’acquisition du village de Mélan, en Haute Provence devenu aujourd’hui, le  centre écologique international des Scouts et Guides de France ; Des jeunes du monde entier ont participé à des chantiers de construction, ont été initiés à l’édification  de l’Europe à laquelle elle tenait tant ;  les jeunes d’aujourd’hui y découvrent la fraternité du scoutisme et du guidisme au cours des camps d’été et de formation. Ils apprennent ce qu’est l’écologie, et réfléchissent à comment habiter autrement la planète.  Ils sont dans la trace d’Elisabeth.

20160927160435_00001

Elisabeth alors Commissaire International en 1979 (archives SGDF)

Très vite Elisabeth est devenue commissaire internationale des Guides de France ainsi que commissaire générale adjointe de Marie-Thérèse Cheroutre ; duo de choc, pour les plus jeunes que nous étions.

L’éducation par l’international a été un de ses fils rouges ; c’est son apport essentiel  qu’elle a approfondi en affirmant la dimension internationale comme partie intégrante de l’éducation scoute et guide. C’est ainsi qu’elle se plaisait à rappeler la triple démarche exigeante des formations à la rencontre de l’étranger :

– apporter quelque chose de soi dans le dialogue, de sa propre vie, de sa situation

– s’approfondir pour s’universaliser, c’est-à-dire accepter la rencontre de l’autre dans une histoire. Ne pas renoncer à ce que l’on est mais s’exposer à être modifié.

– Connaître le différent, c’est-à-dire partir ! Partir à l’étranger, à la rencontre de l’autre, à la découverte d’autres modes de vie, d’autres religions,  d’autres spiritualités, d’autres cultures.

C’est elle qui m’a embarquée au premier congrès à Berlin-Est sur la condition féminine au moment où se préparait l’année mondiale de la femme….c’est aussi Elisabeth qui m’a ouverte aux questions qui touchent le Moyen–Orient lors de ma première rencontre de la Conférence Internationale Catholique du Guidisme au Liban en 1973. Elisabeth dans ces années là,  accompagnait  le Liban, l’Egypte, la Syrie dans leur recherche pédagogique et associative.

De nombreuses associations ont ainsi bénéficié de son sens politique acquis dès son plus jeune âge, auprès de ses parents auxquels elle vouait une grande admiration. Elisabeth leur a  d’ailleurs rendu un bel hommage en  éditant un petit livret qui relate les correspondances entre ses parents durant les périodes de guerre.

C’est au sein du scoutisme français pluraliste,  en participant à de nombreuses conférences mondiales, au Japon, en Finlande, au Canada, en Angleterre, qu’Elisabeth déclarait avoir acquis le sens de l’unité dans le respect de la diversité. Au nom de l’Association Mondiale des Guides et Eclaireuses elle a participé, et tant apporté, à de nombreux congrès mondiaux inter-associatifs et communistes notamment dans les pays de l’Est.

Son appétit pour l’associatif, sa rigueur, ses compétences, son sens politique ont été appréciés bien au-delà du guidisme puisqu’elle a été appelée à siéger dans de nombreux organismes dont certains étaient partenaires des Guides de France et des Scouts de France et aujourd’hui des Scouts et Guides de France.

Sans pouvoir les citer tous ; il y en a tant ! Nous devons néanmoins mentionner qu’Elisabeth a été présidente de la Commission des Relations Internationales Françaises et  du 1er inter-collectif des ONG de développement – du comité jeunesse à l’UNESCO, présidente  aussi d’Asfodevh Association pour la formation et le développement humain dont elle a été une des fondatrices, association en partenariat avec de nombreux pays d’Afrique   ;  Membre de la Commission Justice et Paix, de Pax Christi, du CCFD,  du CNAJEP (Comité pour les relations Nationales et internationales des Associations de Jeunesse et d’Education Populaire) – du FONJEP (Fond Jeunesse et Education Populaire) et de nombreux Conseils d’Administration : de COGEDEP (association de Cogestion pour les Déplacements à but Educatif des Jeunes)  , du Conseil National de la Vie Associative au nom de la Croix-Rouge française où Elisabeth a travaillé durant 15 ans. Citons particulièrement son action durant 25 ans à la FONDA, laboratoire d’idées du monde associatif ; au titre de vice-présidente pendant 10 ans, Elisabeth a siégé au Conseil de gestion du Fonds de Développement de la vie associative, fonds cogéré, où elle a eu un rôle important et une efficacité sans faille ; elle fut un véritable sage au milieu de tous les représentants associatifs, défendant toujours les valeurs de solidarité, nous indique Anne David de la Fonda qui l’a aussi accompagnée durant ces dernières semaines. N’oublions pas non plus l’engagement d’Elisabeth  au sein de l’Office franco-allemand.

L’associatif disait-elle est capable de faire exister l’utopie, vous appelle constamment à vous dépasser. C’est aussi une éducation à la démocratie à laquelle elle tenait tant.

Son intérêt pour les questions de société, son appétence pour l’écriture, son sens pédagogique, lui ont valu d’être souvent appelée pour des conférences ou l’écriture  d’articles notamment pour des revues destinées à des jeunes. Travaillant toujours à transmettre les fondamentaux du scoutisme. Ses successeurs venaient souvent la consulter.

E_Bourel_et_les_souris_2014

Elisabeth venu rendre visite à l’équipe des souris de la Glacière en décembre 2014 (archives SGDF)

De sa personnalité, émanait une élégance,  une rigueur, même dans les détails ;  à titre d’anecdote, je me souviens que lors d’une conférence internationale,  à deux doigts de la cérémonie d’ouverture, Elisabeth vient vers moi et rentre mon petit collier de perles sous mon pull en me disant « on ne porte pas de bijoux quand on est en uniforme » ! Sévère aussi Elisabeth ! A l’époque, j’avais 29 ans ! Nous en reparlions souvent en riant ensemble avec les amis autour d’un bon whisky !  Elle aimait chanter et faire chanter…elle a d’ailleurs fait partie du mouvement « A cœur Joie ». C’est vrai qu’Elisabeth était très conviviale, ses pointes d’humour teintées parfois d’ironie, tombaient toujours juste ; son caractère joyeux et surtout sa bienveillance la rendait proche des personnes ; ses collaboratrices aimaient travailler avec elle ;  Récemment encore, elle aimait souvent déjeuner avec l’équipe des archives dite « les souris de la Glacière », constituée de Marie-France Alexandre ancienne présidente, Françoise Commissaire, Corinne Desmettre, l’actuelle responsable et quelques autres anciennes.

Fidèle à sa foi dont elle parlait peu mais qu’elle approfondissait non seulement dans sa pratique mais dans les recherches menées par la Conférence Internationale Catholique du  Guidisme dont elle fut une des animatrices convaincue. C’est ainsi que ces dernières années chaque été, Elisabeth se retrouvait, en Suisse ou en Italie, avec celles qui, avec elle, ont été pionnières de l’éducation libératrice, inspirée de la théologie de la libératon ; elles étaient devenues de fidèles amies, toujours en recherche. Cecilia Lodolli de Rome, Claire Renggli de Suisse, Evi Meyer d’Allemagne, Geneviève Van Ruymbecke de Belgique, Claudia Conti de Milan….Parfois, Jean Debruynne les rejoignait….

Elisabeth_Brigitte_2012_1

Photo transmise par Brigitte de Panthou au milieu et au côté d’Elisabeth en Afrique en 2012

Elisabeth a su ainsi créer d’innombrables réseaux et compte un nombre incalculable d’amis, en témoignent les nombreux messages d’amitié que nous recevons et qui lui sont parvenus durant les dernières semaines de sa terrible maladie, venant de toutes les régions de France bien sûr, mais aussi du Liban, de Belgique,  d’Italie, de Suisse, d’Allemagne, et de nombreux pays d’Afrique : Bénin, Rwanda, Côte d’ivoire, Burkina-Faso, Cameroun, Guinée, Togo, Niger.

Son parcours, trop rapidement retracé, force l’admiration.

Chère Elisabeth, de là où tu es, donne à chacun d’entre nous de poursuivre tes combats. Le monde d’aujourd’hui soumis à tant  de violences extrêmes a  besoin de jeunes,  d’hommes et de femmes, pour construire des ponts, couper les barbelés et abattre les murs de l’indifférence, pour accueillir l’autre, l’étranger, les sans voix, les laissés pour compte, les différents de nous, dont tu as si bien porté la cause.  A ceux qui sont croyants, aux jeunes engagés dans le scoutisme,  donne  la force de toujours mettre en oeuvre la prière scoute et guide que tu as si bien incarnée. Tu nous as ouvert la voie, nous devons la poursuivre. A Dieu Elisabeth.  Tous,  nous te disons ce merci du cœur, celui qui vient du fond de soi. Que cette célébration soit une action de grâce pour ce que tu as  été pour chacun d’entre nous, pour ce que tu as réalisé, et que cette célébration nous porte aussi à devenir plus que jamais des ferments de Justice et de Paix.

Françoise Parmentier

_______________________________________________________________________

Tous les témoignages reçus ici et d’autres plus bas

Message à Christine Marlier (anciennes Guides de France):

Merci de ton message et d’être présente mardi pour nous représenter ! C’est dans ces situations comme celle-là qu’on mesure la distance existant entre le fin fond de la France et Paris ! Élisabeth a vraiment été quelqu’un de très important pour moi et pour mes choix d’engagement :

En 1967(?) j’ai fait un camp national « international » avec elle (il me semble que c’est là où j’ai connu Mireille Guy…) et cela m’a ouvert à une dimension que je ne soupçonnais pas… et d’où est né mon engagement en responsabilité chez les Guides, puis au CCFD, etc. Pour moi qui n’avais pas été guide c’est vraiment sa façon à elle d’être guide qui m’a donné envie d’en être… Je l’ai toujours revue avec beaucoup de plaisir et…

En 1992/93, je l’avais invitée à l’école sur le thème  » ÊTRE européen, c’est quoi ? »

Lundi 15 février 1993, après-midi à la Bourse du Travail, Table Ronde animée par Francis Sylvestre avec Philippe Douste-Blazy alors député européen, Elizabeth Bourel, membre de la Commission nationale « Justice et Paix », Marie-Claire Saüt, haut-fonctionnaire européen à la retraite.

Elle avait logé à la maison et nous avions été chez une de ses amies installées dans la campagne à quelques kilomètres et que je connaissais car elle avait été secrétaire régionale des guides…

A cette occasion, nous avions beaucoup parlé de l’Albanie où un de ses frères avait été ambassadeur et avait gardé des contacts au temps où c’était  complétement fermé. Si bien que je pense souvent à elle à la Cimade où nous accueillons beaucoup d’albanais…

Je serai bien « en communion » avec vous tous-tes. Je te souhaite une bonne fin de semaine… Pour moi, c’est celle de la « fête annuelle de famille »; je suis en plein dans les préparatifs ! Je t’embrasse bien amicalement

Cécile Bourdeu d’Aguerre (ancienne Guides de France)

 

Bonjour Françoise,

Teresa Garcia et moi-même avons été surprises par le décès d’  Elisabeth, et nous ne pouvons pas rester sans manifester notre chagrin. Elisabeth était une grande amie à nous deux. Nous avons passée de bon moments d’amitiés ensemble. Nous n’oublions pas aussi tout le travail que nous avons fait ensemble dans l’Associação Guias de Portugal quand elle était commissaire internationale aux Guides de France. Françoise, transmet nos condoléances à la famille ainsi que aux Guides de France. Pour toi que nous n’oublions pas toute notre amitié. Bisous.

Marinette et Teresa (CICG Portugal)

 

Messages reçus via Anne David de la Fonda

Je suis très ému par la disparition d’Elisabeth Bourel, dont le parcours fut si magnifique, et mes sincères pensées à sa famille et ses proches de la part d’un adhérent fidèle la Fonda depuis plus de 25 ans. Et merci à toi, ma chère Anne, pour ce très émouvant message (je t’embrasse bien fort, tu peux me joindre). Amicalement,

Michel Rouah

 

Chère Anne, Merci de nous avoir prévenus. J’ai beaucoup apprécié de travailler avec Elisabeth, femme de convictions discrète, attentive aux autres et efficace. Sa disparition  me touche beaucoup. Je suis malheureusement indisponible mardi ayant une réunion que je ne peux reporter. Je serai uni par la prière avec vous tous. Très amicalement.

Jean-Pierre Duport. PS As-tu les coordonnées de quelqu’un à qui je pourrais mettre un mot ?

 

Je regrette beaucoup de ne pas pouvoir être là pour rendre hommage à cette grande dame dont l’action a été importante pour le monde associatif. Je serai à la même heure avec de jeunes qui cherchent leur avenir dans l’économie sociale et solidaire.

François Soulage. Président du Collectif Alerte

 

Très chère Anne, je savais Elisabeth souffrante, mais étais loin de penser qu’elle partirait si vite. C’est à la Fonda (j’allais dire naturellement) que nous nous sommes connus et que j’avais découvert sa gentillesse et sa discrétion tout autant que la pertinence de ses propos. Elle m’avait ensuite embarqué dans la fusion des Guides et des Scouts de France, aventure sans doute inévitable mais qui s’était traduite par la mainmise des seconds sur le patrimoine des premières tout autant que sur la direction de l’ensemble. Elisabeth en avait été profondément attristée. Je l’avais croisée, il y a un peu plus d’un an dans un restaurant du XVème et l’avais trouvée affaiblie. Si je peux, je viens mardi matin. Mais ce n’est pas sûr, Dujol installe en principe le nouveau HCVA à 9h30. Amitié.

Thierry Guillois

 

Bonjour, De retour de Turin je viens de prendre connaissance de ce message et n’ai pu participé aux obsèques d’Elisabeth. J’ai beaucoup côtoyé et apprécié Elisabeth dans les réunions de travail d’étude des dossiers de subventions aux projets de formation des associations. Nous avions également l’occasion de nous rencontrer dans les diverses réunions paritaires associations-administration. Pouvez-vous transmettre à la famille mes condoléances attristées. bien amicalement,

Marie-Jeanne Gaxie

 

Message reçu via l’espace « contact du blog des archives envoyé : dimanche 16 octobre 2016 17:12 À : Service Archives de Gaye-Barthel Marie-Françoise.

Message : Je viens d’apprendre par votre blog le décès d’Elisabeth Bourel connue à Mélan en  1962. Je m’associe à l’hommage qui lui est rendu. C’est par cette rencontre que j’ai engagé ma vie professionnelle, je l’en remercie encore. Elle m’avait fait part de sa joie de partager les retrouvailles de Mélan lors de la fête des 50 ans.

Marie-Françoise Gaye-Barthel

 

Posté dans actualité/agenda | 0 commentaire

Adieu Yves! Et merci pour tout!

C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai appris le décès de Yves Zacchi, le 6 septembre 2016, à la  veille du début de la conférence Internationale de Tours qui allait réunir 150 anciens et anciennes des mouvements scout et guides, venues de 27 pays  ainsi que la Lybie, le Bénin et le Népal.

Yves n’avait pas, malgré son état de santé,  hésité à s’investir dans l’organisation de cette rencontre.  A cette triste nouvelle, ses amis présents n’avaient de pensées que pour lui. Sa gentillesse, son dévouement, ses valeurs de fraternité et son humilité, étaient très appréciées de toutes et tous. Moi la première!

Stand_Arch_FRG_4C’est à Yves que je dois, dès mon arrivée en février 2014 au Centre National, d’avoir eu les premiers outils et les premières connaissances nécessaires pour bien commencer ma mission. Il m’a accueilli et introduite dans le réseau des anciens, m’a conseillé quelques lectures, m’a mis en contact avec de fins connaisseurs de l’histoire des scouts de France, il était, entre autres, membre de Scoutisme Patrimoine et Collection depuis son origine, et rédacteur de la revue jusqu’en octobre 2015 et membre des Amitiés de France.  Couv_Début_Avent_Scout_072007Il m’a transmis aussi des tas de documents, m’a aidé dans mes premières recherches, m’orientant dans les méandres de cette belle histoire du scoutisme. Stand_Arch_FRG_3Puis, nous avons tenu un stand commun au forum des groupes à l’AG 2015 afin de valoriser et de sensibiliser les responsables à la sauvegarde de notre mémoire collective. Il avait alors tenu à dormir sous tente! Dernièrement, il avait aidé d’anciennes guides d’Oranie, avec qui il m’avait mis en contact, pour écrire leur histoire. Une démarche qui lui tenait à cœur lui qui avait vécu en Algérie. Il a continué à m’aider ainsi et jusqu’au 20 juillet où j’ai reçu son dernier mail. Il m’envoyait quelques photos supplémentaires de la journée d’inauguration du Square Baden-Powell, le 29 juin dernier, qu’il n’aurait manqué sous aucun prétexte!  Il était accompagné de sa chère épouse Monique, membre du réseau également et devenue une amie, elle aussi. Je pense beaucoup à elle et ses enfants, ils peuvent être fiers de lui!

Quant à moi, ses conseils, ses connaissances, sa présence régulière au Centre National, nos échanges et sa sincère amitié, vont beaucoup me manquer…

Au revoir cher Yves et un très grand merci pour tout!

 

Lire aussi l’hommage à Yves par le président de la FAAS : http://www.faas.fr/

 

Posté dans actualité/agenda | 0 commentaire

Inauguration du square Olave et Robert Baden-Powell

Panneau_Square_BPRobert et Olave Baden-Powell, fondateurs du scoutisme et du guidisme, ont désormais un square à leur nom dans le 17e arrondissement parisien.

L’inauguration a eu lieu ce mercredi 29 juin à 14h45 en présence de :

Pauline VÉRON, Adjointe à la Maire de Paris, chargée de la Démocratie locale, de la Participation Citoyenne, de la Vie Associative, de la Jeunesse et de l’Emploi

Catherine VIEU-CHARIER, Adjointe à la Maire de Paris, chargée de la Mémoire et du Monde Combattant, Correspondant Défense

Patrick KLUGMAN, Adjoint à la Maire de Paris, chargé des Relations Internationales et de la Francophonie

Pénélope KOMITES, Adjointe à la Maire de Paris chargée des Espaces Verts, de la Nature, de la Biodiversité et des Affaires funéraires

Elsa BOUNEAU, Présidente du Scoutisme Français

et de Jean-Jacques GAUTHÉ, Président de la Fédération des Associations des Anciens du Scoutisme (FAAS). Historien des Scouts et Guides de France.

Marie-Hélène Verschelde, responsable nationale du Réseau des anciens scouts et guides de France précise qu’il fallait trouver un « un endroit où les scouts puissent se sentir chez eux ». Le choix du square n’est donc pas anodin : c’est un endroit en lien avec la nature et propice aux jeux, les deux piliers de « l’esprit Baden-Powell ».

Selon Jean-Jacques Gauthé, « en saisissant l’intérêt du jeu pour le développement des enfants et des jeunes, Robert Baden-Powell s’est hissé au rang des plus grands pédagogues. » Lire son discours ici plus bas :

« Madame le maire du 17° arrondissement, Madame la maire de Paris, Chère Olave et cher Robert Baden-Powell,

Comment vous dire notre gratitude d’être aujourd’hui réunis ici en votre nom ?

Vous avez créé ensemble quelque chose d’extraordinaire qui n’avait aucune raison de bien fonctionner et d’attirer des jeunes de tous les continents : quelle idée de les habiller aussi bizarrement, de leur mettre un foulard et un chapeau quatre bosses pour aller les faire camper au fond des bois sous la pluie et chanter autour des feux de camp alors que l’on est si bien chez soi bien au chaud ?

Vous avez voulu que ces jeunes soient des éclaireuses et des éclaireurs de paix, la fasse vivre et la porte autour d’eux.

Vous avez voulu que les jamborees et les différentes rencontres scoutes internationales traduisent en acte l’utopie que vous avez créée.

Vous avez voulu constituer une fraternité mondiale dépassant les frontières, les races, les classes sociales, les cultures et les religions.

Grâce à vous, des millions de filles et de garçons dans le monde entier vivent depuis plus de 100 ans l’extraordinaire aventure du guidisme et du scoutisme.

Robert, toi, qui naissait alors que Napoléon III était empereur des Français, toi qui était un général de l’armée britannique exerçant son commandement au cours d’une affreuse guerre coloniale où tes compatriotes n’hésitaient pas à interner les populations civiles dans des camps, toi qui avait 50 ans quand tu lançais le scoutisme en 1907, tu avais tout pour apparaître comme un Père fouettard galonné voulant embrigader la jeunesse. Et pourtant, tu as su comprendre les jeunes, leur faire confiance et surtout comprendre l’importance que revêtait le jeu dans l’éducation.

Olave, toi qui a osé défier le conformisme ambiant en te mariant avec un homme qui avait 32 ans de plus que toi, tu as su continuer le travail de Robert après son décès en 1941. Inlassablement, tu as parcouru le monde, presque jusqu’à ton dernier souffle en 1977, pour porter le message du guidisme.

Olave et Robert, cette belle ville de Paris, vous la connaissez bien pour y être venus à différentes reprises : toi Robert, tu es venu aux Tuileries en octobre 1918 pour remettre leur drapeau aux Eclaireurs de France, tu y es revenu en 1922 pour la conférence qui créa l’organisation mondiale du scoutisme.

Et vous y êtes revenus ensemble en 1936, pour le 25° anniversaire de la fondation du scoutisme en France. La clameur d’accueil des 25 000 guides et scouts français présents, porte de Versailles est resté un grand moment de votre histoire personnelle.

Et toi, Olave, tu as toujours gardé un souvenir particulier de ton passage à Paris le 22 avril 1945 quand 40 000 garçons et filles du Scoutisme Français défilèrent devant toi place de la Concorde, marquant le retour du scoutisme et du guidisme après les horreurs et les épreuves de l’occupation. Car pour vous deux, le scoutisme ne pouvait être qu’un instrument au service de la paix.

Permets moi, Robert, de rappeler ce que tu disais aux scouts à l’issue du 1° jamboree mondial tenu à Londres en août 1920, juste après la première guerre mondiale.

Comment en écoutant tes paroles, ne pas songer aux difficultés, aux drames de notre époque marquée par des conflits en tout genre ?

« Frères scouts, je vous demande de faire un choix solennel. Entre les peuples du monde, il existe des différences dans la pensée et dans les sentiments comme dans il en existe dans la langue et l’aspect physique. La guerre nous a appris que si une nation cherche à imposer sa volonté égoïste aux autres, il est inévitable qu’une réaction cruelle s’ensuive. Le Jamboree nous a appris que si nous pratiquons l’indulgence réciproque et si nous sommes ouvert à l’échange avec les autres, la sympathie et l’harmonie s’installeront naturellement parmi nous. Si telle est votre volonté, partons d’ici avec la ferme détermination de pratiquer parmi nous et nos garçons cette camaraderie par l’esprit mondial de la fraternité scoute de façon à pouvoir contribuer au développement de la paix et du bonheur dans le monde et de la bonne volonté entre les hommes. Frères scouts, répondez moi. Voulez vous vous unir dans  cet effort ? »

Olave et Robert vous avez voulu permettre la formation de citoyens, utiles, actifs et heureux, sachant faire des choix réfléchis et s’y tenir. Votre modèle éducatif, c’est celui du citoyen libre, conscient, tolérant et responsable, opposé au modèle autoritaire ou totalitaire.

Toute votre vie, vous vous êtes battus pour faire vivre le scoutisme alors que dans l’Europe des années 30, tous les pays dictatoriaux, les uns après les autres, prenant modèle sur l’Italie fasciste et l’URSS communiste, interdisaient le scoutisme et organisaient des mouvements de jeunesse unique.

Olave, grâce à toi, des millions de filles et de femmes dans le monde ont osé se lever, prendre des responsabilités qui étaient réservées aux hommes. Tu as été l’une de celle qui a permis l’émancipation des femmes.

Le scoutisme n’est pas une panacée aux maux du monde. Il est un outil éducatif simple et concret où chacun est invité à vivre les valeurs de fraternité et d’amitié qu’il met en application.

Olave et Robert, en hommage à votre action commune, Paris devient la première ville au monde à associer vos deux noms dans un  espace public.

Et pour tout ce que vous nous avez donné, pour tout ce que vous avez été, nous vous redisons toute notre gratitude, et surtout nous vous disons un immense, un enthousiaste, un chaleureux, un fraternel et vibrant merci. »

Jean-Jacques Gauthé, Président de la Fédération des anciens et adultes du Scoutisme Français.

Lire La Croix qui a dédié un article à l’inauguration du Square Baden Powell

Tableau_Mariage_O_R_BP_1912Connaitre la vie et l’action du couple Baden-Powell lire ici : Chronologie du Couple Baden-Powell

Couv_chronol_BP_PPT

DSC_0936DSC_0943 DSC_0951 DSC_0958 DSC_0960 DSC_0962

DSC_0941DSC_0949P1040533

 

 

 

DSC_0963

Posté dans actualité/agenda | Tagué , , , | 0 commentaire

Françoise Commissaire, une de mes amies souris, ne reviendra plus à la Glacière…

Françoise_Commissaire_2Nous venions de déjeuner avec « Francinette » sa grande amie chez qui elle logeait à Paris, quand avec une peine immense, nous avons appris la nouvelle, c’est à dire les autres souris et moi-même, l’archiviste, nous étions le lundi 7 à 13h00. C’était un jour où nous nous étions fixé notre réunion mensuelle de travail sur les archives guides conservées à la Glacière et où Françoise avait prévenu qu’elle ne viendrait pas vu son grand état de fatigue.

Françoise était devenue une amie, de courte date, puisque j’ai pris mes fonctions d’archiviste au Centre National en Février 2014 mais sincère. Cela faisait donc 2 ans et 1 mois que nous nous connaissions mais j’ai l’impression de l’avoir connu bien plus longtemps.

Ses éclats de rire, ses petites gourmandises, ses chansonnettes, ses cartes d’anniversaire grouillant de petits rongeurs, ses mails sympas avec ses jeux et inventions de jolis mots, ses petits cadeaux solidaires et équitables, mais aussi ses anecdotes souvent rigolotes sur sa vie de guide me ravissaient, encore, il n’y a pas longtemps. Son engagement pour l’histoire du scoutisme en Sarthe, sa disponibilité pour répondre aux questions des chercheurs et autres jeunes sur le guidisme et le scoutisme en milieu rural, les Galaxies, qu’elle a fait perduré bien au-delà de la fusion des scouts et des guides en 2004, m’en apprenaient beaucoup sur son engagement, sa tenacité et sur le mouvement, moi la novice.

Mais, malheureusement et de plus en plus souvent, la gaîté laissait la place à des grincements de dents quand elle sentait les maux venir, des clignements de yeux quand la fatigue apparaissait, et qui traduisaient, comme un reproche qu’elle se faisait, de ne plus pouvoir être et faire comme elle l’entendait, et cela m’inquiétait et me peinait beaucoup.

SOURISChère Françoise, la lutte a été rude. Jusqu’au bout tu as refusé de céder à la maladie, au point de venir seule, sac-à-dos aux épaules, fatiguée, épuisée, aux « sourissades« , mot que tu inventas et que nous continuons à utiliser pour nos réunions. Sacrée bonne femme tu étais! Et comme tu aimais la vie…

La maladie a fini par t’emporter mais elle n’emporte pas avec elle nos souvenirs toujours bien vivants, des nombreux et bons moments passés avec toi … Merci pour tout ce temps que tu as consacré à la sauvegarde de la mémoire du mouvement, ici au CN et ailleurs. Merci pour tout Françoise.

Une célébration d’adieux aura lieu le mardi 15 mars prochain à 15h30 à la Cathédrale Saint-Julien du Mans et nous serons quelques souris à y assister.

Retrouvez aussi les hommages rendus par :

Catherine FAUCHER, Présidente de la CICG et par Histoire du Scoutisme en Sarthe

Posté dans actualité/agenda | Tagué , , , , , | 0 commentaire

Conférence-Débat : Le scoutisme pendant la 2e Guerre Mondiale le 14 mars à la Mairie de Paris

https://blogs.sgdf.fr/anciensetamis/files/2016/03/logo-cine-histoire.png

Le 14 mars 2016, l’association Ciné Histoire animée par Nicole Dorra organise à la mairie de Paris une conférence sur le scoutisme durant la seconde guerre mondiale.
Comme toutes les manifestations de cette association, la conférence mêlera films d’époque, témoignages enregistrés et interventions d’historiens. Je serai l’un des intervenants en compagnie d’Yvon Bastide,Mathias Orjekh, Henri Pierre Debord.
L’un des grands témoins présent sera Lilaine Klein Lieber qui fut l’une des animatrices de la Sixième, le réseau clandestin de sauvetage des Eclaireurs israélites de France.

L’entrée est gratuite mais l’inscription préalable est obligatoire. Prévoir des papiers d’identité, Vigipirate oblige …
Voir le programme sur le site de Ciné Histoire http://www.cinehistoire.fr/event/le-scoutisme-pendant-la-seconde-guerre-mondiale/

616734-le-role-des-scouts-dans-la-seconde-guerre-mondiale

 

 

 

 

 

 

14h 00 Accueil et présentation de la séance : Nicole Dorra
14h20 Situation en 1939, Charte de l’Ouradou : Yvon Bastide
14h30 La politique de Vichy ; les lois antijuives : Jean-Jacques Gauthé et Mathias Orjekh
14h 50 Interview vidéo de Jacqueline Ballossier
15h05 Le STO ; les départs au maquis ; Alger et le rapport Fraval : Jean-Jacques Gauthé
15h20 Extrait du film « Le maquis de Vabre », de Ariel Nathan
15h50 les sauvetages en zone nord et en zone sud : Mathias Orjekh
16h10 témoignage vidéo de Lucien Fayman
16h25 Témoignage de Liliane Klein Lieber, membre de la « Sixième », témoin engagée
16h45 Conclusion
16h50 Débat avec la salle

Le scoutisme pendant la Seconde Guerre mondiale | Ciné Histoire
Le Massilia – Premières Résistances, premiers procès politiques. Programme: > 9h Accueil > 9h30 Extrait du film de En savoir plus
CINEHISTOIRE.FR

Posté dans actualité/agenda | 0 commentaire